ZADhumaine

Film réalisé autour de l’événement de la chaîne humaine de la ZAD de Notre dame des landes, la semaine du 11 Mai 2013…

http://zad.nadir.org
http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org/fr/

FESTIVAL SOUTERRAIN PORTE VI

Materia Prima art factory et la maison close présentent le festival « SOUTERRAIN PORTE VI » à  Nancy

Cie ORNICART « Les Moutons Electriques »
(Processus performatif en milieu urbain / France)
Les Caves
AU T.O.T.E.M. le 26,27 et 28 Septembre

http://­www.souterrain-t­otem.org/­#!festival-suite

Créé en 2001, ce festival qui met à  l’honneur la perception du corps, voit sans doute sa dernière édition arriver. Ne la ratez donc surtout pas ! Au programme : concerts, performances, soirées électroniques, débats et rencontres sur l’incroyable site du T.O.T.E.M à  Maxéville.

Naturel Mystique

Naturel Mystique est un projet d’installation alliant danse et vidéo interactive.
Du naturel au mystique, le corps se transforme, devient sur-naturel, extra-terrestre dès qu’il explore l’intérieur jusqu’au plus intime.

Mai 2013 Angers

Chorégraphie et interprétation Tidiani N’daiye avec les collaborations artistiques de Olivier HEINRY et Melanie François.
Avec le soutien de l’école du CNDC d’Angers, PING ”“ Nantes, CROUS ”“ Cultur’action, Mission Jeunesse, Ville d’Angers.

Bulb@Tunisie

Le BULB poursuit son exploration des territoires… Invitée par le festival DREAMCITY – biennale d’art contemporain en espaces publics – l’équipe du BULB [Pixel13] arpente la médina de Tunis depuis le 17 septembre pour une création multimédia dédiée dans l’espace public. Des captations et des ateliers sont réalisés sur place. Représentations du BULB prévues le 29 septembre à  Tunis et le 6 octobre à  Sfax.

http://www.lartrue.com/pixel-13-france-le-bulb

http://www.kapitalis.com/kultur/12139-le-bulb-reveille-la-ferveur-artistique-des-tunisois.html

Les moutons électriques

du 11 au 14 mai 2012
Les moutons électriques sont de retour
au Théâtre des Bernardines
Création – 1er Volet Les moutons électriques sont de retour* est une
Installation performance
Auteur : Rochdy Laribi
Avec Christine Bouvier Mollie Lehberger Lise Rondot
Création vidéo Mélanie François

Performance sensorielle o๠le public vit une expérience individuelle et collective de désordre temporel. Eros agite Chronos Appeler le passé et le présent au secours du présent. Nous avons tous un souvenir que nous voudrions modi- fier, un événement que nous voudrions connaître autre- ment, c’est sur ce paradoxe que nous nous construisons. Serions-nous encore nous-mêmes si nous changions quoi que ce soit de ce qui s’est passé ?
Anthony Chabert Jean-Christophe Petit Audrey Vecco
La performance explore des bifurcations du temps.
Théâtre des Bernardines 17 Bd Garibaldi 13001 Marseille Attention : Jauge limitée / Durée : 1h30 Réservations : 04 91 24 30 40 contact@theatre-bernardines.org www.theatre-bernardines.org

Ornic’art est un collectif de performers indisciplinaires (Arts visuels, Théâtre, Danse, Vidéo) résident à  la Friche la Belle de Mai à  Marseille. Les créations d’Ornic’art, performances-commando en milieu urbain ou installations performances interactives, proposent des actions de subversion du réel.
Production Ornic’art / Coproduction Théâtre des Bernardines – Marseille / Friche la Belle de Mai – Marseille / Métaphores Urbaines – Paris / Confluences – Paris / Avec le soutien de la Ville de Marseille, Dicream – CNC / Accueil en résidence Théâtre des Bernardines et Friche la Belle de Mai
Contact / ornicart@free.fr – 04 95 04 95 34 – 06 58 02 18 25

* Référence au roman de science-fiction écrit par Philip K. Dick : Les androà¯des rêvent-ils de moutons électriques ?

Festival « Paroles de galère »

Le samedi 4 et dimanche 5 septembre 2010, Radio Galère lance enfin son premier festival ! Radio Galère, bientôt 30 ans qu’elle rame à  contre-courant pour que la parole soit aux galérien-ne-s. Bientôt 30 ans et plus que jamais vaillante sur le 88.4 marseillais ! Et le festival, comme on ne pourra faire ça que pour le premier, ça s’appelle « Paroles de galère».

 
La galère, tu connais sans doute, c’est celle des conditions sociales, celle du contrôle et de la répression, celle des machines à  formater. Mais c’est aussi le choix de lutter, d’être solidaires, la possibilité d’inventer nos propres alternatives, la débrouille, l’expérimentation, la liberté qu’on se donne de créer, d’imaginer, d’être ensemble, de prendre la parole sans demander la permission.